Des nanoparticules pour combattre la maladie de Parkinson


Des neurobiologistes (IMN) et chimistes (ISM) bordelais ont montré que l’utilisation de nanoparticules acidifiantes pourrait être une piste thérapeutique intéressante pour la maladie de Parkinson en agissant sur le dysfonctionnement d’organites cellulaires, les lysosomes.

Tous les détails en cliquant ici !